Portes de Bretagne

Développer la médiation familiale aidants / aidés

Mis à jour le 09/11/2020

Être aidant d’un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie expose à des risques de conflits familiaux : entre personne aidée et personne aidante, entre aidants, par exemple au sein des fratries.

La médiation lors de conflits liés au handicap ou à la perte d’autonomie

Ces conflits peuvent concerner l’organisation du maintien à domicile d’un proche en difficulté pour gérer son quotidien, l’entrée en établissement d’un parent, la répartition de l’obligation alimentaire, la succession, la cohabitation avec un proche en situation de handicap, la prise de décision d’une mesure de protection…

L'accompagnement de professionnels de la médiation familiale

La médiation permet d’évoquer les tensions en toute confidentialité avec un tiers, professionnel diplômé d’Etat, afin d’apaiser les conflits et de travailler, avec l’ensemble des personnes concernées, sur des solutions durables.
Cette médiation sera mise en œuvre par les services de médiation familiale gérés ou soutenus par le réseau des association familiales Unaf-Udaf  de ces territoires.

Une urgence quand le confinement peut exacerber les conflits

Le confinement a pu modifier profondément les habitudes des aidants ; il a pu générer de nouvelles tensions et exacerber les conflits, par exemple en raison de l’impossibilité de contacts directs, ou, au contraire, en raison d’une promiscuité plus grande, par exemple lorsque des parents hébergent à nouveau leur enfant en situation de handicap à domicile ou lorsque des enfants cohabitent avec leur parent en perte d’autonomie.
Actuellement, les actions de médiation familiale peuvent être menées à distance, par téléphone ou par visioconférence, et offrir un véritable appui pour les aidants et les familles.

Une offre déjà effective dans 14 départements

Cette offre de médaition familiale spécifique aux aidants sera expérimentée dans 22 départements, pendant 2 ans et demi.
Elle est déjà déployée dans 14 départements dont l'Ille-et-Vilaine et sera étendue aux autres territoires d'ici la fin de l'année.
A terme, cette expérimentation permettra de dégager les conditions de réussite d’un déploiement national pour l’ensemble des proches aidants.